Follow us: Luxe Packaging Insight – news & innovations on the luxury packaging market

Soins : La formule mène la danse

Pascale Caussat

Related topics :

, ,
Soins : La formule mène la danse

Formules sans eau, avec peu ou pas de conservateurs, capsules en suspension… Les dernières tendances en matière de soin influencent l’évolution des packagings, avec des conséquences parfois non négligeables sur la compatibilité des matériaux. La cosmétique a fait de la réduction des conservateurs un axe privilégié de ses recherches. Tant et si bien qu’on assiste au développement de formules anhydres ou sans eau, sujettes à une moindre contamination. Huiles, poudres, sticks se généralisent au-delà de leurs marchés d’origine et, après les produits solaires ou le maquillage, ils font désormais leur entrée dans le soin. Souvent repérées en Corée du Sud, berceau des innovations cosmétiques, ces tendances répondent aussi aux consommateurs en attente de nouveaux rituels. Pour les fabricants de packagings, c’est l’opportunité de travailler main dans la main avec les formulateurs, afin de concevoir des systèmes de dispensing adaptés. L’enjeu de l’airless Traduction la plus visible de cette collaboration, la technologie airless. Garante de la protection des formules contre l’air, les UV et les contaminations bactériennes, elle continue de stimuler l’esprit d’innovation des industriels. Dernier exemple en date, la Crème Main de Chanel, sortie fin 2017, avec son système airless sans pompe, composé d’une valve et d’une poche en aluminium souple. «?Selon Euromonitor, le marché de l’airless va augmenter de 4,7?% dans le monde d’ici à 2024?», rappelle Aline Roland, responsable marketing skincare au service dispensing d’Albéa. Le fabricant a développé plusieurs diamètres pour sa gamme DNA (Dispensing Neutral Airless)?: 27 mm pour les formules texturées, pailletées ou encapsulées, 35 mm pour les formules sensibles, sans conservateur. Il a également conçu un format nomade, Mini Airless, une miniaturisation du moteur Nea. Prodigio, avec ses 48 mm de diamètre, est au contraire adapté aux masques ou aux produits pour hommes, avec un aspect esthétique qui va bien au-delà de la fonctionnalité. Chez Cosmogen, l’innovation airless s’appelle Cosmoplus. Il s’agit d’un flacon sur lequel on peut fixer trois applicateurs différents?: un pinceau doux adapté aux peaux sensibles ou matures, une spatule souple en TPE pour les soins ciblés (comme le contour des yeux) et la bille aimantée Attract, un système breveté permettant un nettoyage pratique. «?Les formules sont de plus en plus concentrées et les actifs de plus en plus chers. Les marques veulent donc pouvoir distribuer la bonne dose, souligne Maud Lelièvre, directrice marketing chez Cosmogen. Cette gamme permet à la fois une conservation de la formule et un dosage précis.?» L’italien Lumson a, quant à lui, lancé son packaging Airless Envers au design particulier?: un pot airless, qui fait office de socle, et une pompe dont le bouton poussoir recouvre l’essentiel du packaging. Il conjugue aussi l’esthétique du pot avec la sécurité du système étanche, en limitant les résidus. Une innovation adoptée par la marque La Chênaie pour son masque oxygénant comblant. Les fabricants Silgan (pompes) et Neopac (tubes) sont récemment entrés en partenariat avec Amplify Airless Tube, une pompe airless montée sur tube (sans composants en métal), qui promet de restituer 96?% de la formule. L’impact des huiles Les équipes R?&?D des industriels sont particulièrement mises au défi par l’huile, qui se généralise dans les nettoyants, les sérums et les soins du corps. «?En termes d’intégrité du pack, les huiles entraînent plus de contraintes qu’une émulsion standard, notamment sur les joints?», précise Frédéric Boucly, responsable R?&?D de MS Swiss Cosmetics. «?L’huile est très agressive sur les colles, ajoute Joanna Milne, account manager chez Virospack. Il faut trouver des solutions.?» Le spécialiste espagnol du dropper et de la pipette propose d’ailleurs de nouveaux modèles?: Magnetic Dropper, équipé de deux aimants pour une fermeture hermétique, et Autofill Dropper, une pipette brevetée équipée d’un bouton poussoir qui se remplit automatiquement lorsqu’on la visse sur le flacon. «?Le dropper concerne maintenant tous les produits?: capillaires, maquillage, sérums, soins pour hommes… Il faut arriver à concilier la précision de l’application, la compatibilité entre les matières, l’esthétique et la fonctionnalité?», résume Joanna Milne. «?Certains ingrédients ont un impact sur le PP et le PE, qui ont tendance à gonfler. D’autres comme le POM ne sont plus autorisés (en Europe). Il est indispensable de faire des tests de compatibilité plus poussés?», renchérit Julie Vergnion, responsable skincare chez Quadpack. En alternative à la pipette, Albéa a développé le tube TearDrop qui délivre une formule liquide en goutte à goutte. Outre Serumony, un stylo à piston doté d’une cartouche, Aptar Beauty?+?Home a lancé Star Drop, un flacon souple qui coupe automatiquement le flux de la formule lorsqu’on relâche la pression. Une technologie intuitive et facilement personnalisable issue des innovations du groupe dans les bouteilles pour ketchup. De son côté, Cosmogen a mis au point une tige en feutre qui fait office de réserve de formule. Ce produit, Target Tip, est adapté aux soins des ongles et des sourcils plutôt qu’au visage. L’atout des poudres Autre tendance anhydre observée dans le soin?: les poudres. Traditionnellement dédiées au maquillage, elles diffusent aussi des actifs soin dans leur version minérale. Cosmogen a développé le modèle Shake’n Powder pour les poudres sensibles à l’humidité. En délivrant la juste dose dans un réceptacle étanche, ce dernier permet de remédier à la dispersion des poudres libres. Pour sa part, Quadpack propose Powder Spray, un flacon pompe délivrant la dose nécessaire de façon ciblée?: une innovation particulièrement adaptée aux shampoings secs. Mais la poudre trouve aussi une application dans les formules duo?: une base liquide qui sert de solvant et un actif fragile comme les vitamines à diluer au dernier moment. Une tendance qui rejoint l’intérêt des consommateurs pour le blend it yourself (à mélanger soi-même). «?Les packs duo répondent à deux tendances?: la personnalisation des formules et la cosmétique fraîche, qui cherche à protéger les actifs jusqu’à l’utilisation, explique Sandra Martin-Reis, directrice marketing stratégique soin et maquillage d’Aptar Beauty?+?Home. Dans ce contexte, nous avons présenté Neomix, un système qui comprend une base contenue dans un flacon et une cartouche airless pluggée à la dernière minute. Cela suppose un poussoir intelligent, composé de deux canaux indépendants. Ainsi, des actifs à préserver comme le rétinol ou la vitamine C ne sont jamais en contact avec la base dans le poussoir.?» Aptar recommande ce concept pour les marques qui proposent des diagnostics de peau et peuvent prescrire le bon “booster” (éclat ou rides) en fonction des besoins. Impossible aussi de passer sous silence les capsules, ces microbilles renfermant des actifs que l’on peut admirer en suspension dans les formules. Cette technologie, dont la start-up française Capsum s’est fait une spécialité, suppose des flacons transparents pour profiter à plein de l’effet visuel. Mais elle constitue surtout un challenge en termes de distribution du produit. «?Il peut être intéressant de détruire la capsule lors de son passage à travers la pompe, afin que la formule pénètre plus facilement. Ou, au contraire, dans le cas d’un produit dont on attend qu’il révèle sa couleur au contact de la peau, la pompe ne doit pas briser les capsules avant leur contact avec l’épiderme?», souligne Stéphanie Reymond, responsable marketing opérationnel chez Strand Cosmetics Europe. Dans le premier cas, Aptar Beauty?+?Home propose Micro, un système airless qui pré-écrase les billes à l’intérieur de la pompe, la difficulté étant de ne pas boucher celle-ci avec la membrane de la bille. Dans le second cas, Quadpack a conçu Capsule Formula, un pack airless qui laisse passer toute la capsule. Les fabricants poursuivent leurs recherches avec des formulateurs pour proposer le meilleur compromis entre la praticité et l’esthétique. Capsum a ainsi imaginé avec l’agence Cent Degrés de nouvelles façons de valoriser son innovation. Son pack Infinity Skin est un airless sans double chambre où booster et sérum sont conditionnés dans un seul contenant, les deux formules se mélangeant lorsque l’airless est activé. Quant au compact Perfect Fit, il permet à différents actifs de cohabiter (lire Formes de Luxe n°?122). Pas de doute, les capsules ont encore un bel avenir devant elles… L’effet de surprise Quoi d’autre pour les années à venir?? Toujours sous l’influence de l’Asie, les industriels soulignent la montée en puissance des formules à transformation, tel un fluide qui se transforme en mousse avec un effet waouh. Strand Cosmetics Europe a ainsi développé le nettoyant visage Bubble Game dont la texture fluide se transforme en mousse fine au moment de sa diffusion par la pompe du flacon. Un système qui fonctionne sans gaz propulseur, en mélangeant l’air et la formule avec précision pour obtenir une dose de mousse de belle qualité à chaque pression. «?Les consommateurs ont besoin d’être surpris, ils aiment les gestuelles nouvelles?», assure Aline Roland, chez Albéa, qui propose le mécanisme Panache Pulse, un spray adapté aussi bien à des formules liquides, des crèmes, des gels ou des huiles. Très répandus dans les déodorants et les baumes à lèvres, les sticks s’étendent au marché du soin. On observe ainsi en Corée du Sud des hydratants, des démaquillants et même des toniques gélifiés qui fondent sur la peau, parfois complétés de particules exfoliantes. «?Les packs existants sont améliorés pour faciliter ce nouveau geste, notamment dans les produits solaires où le stick évite de s’en mettre plein les mains?», note Julie Vergnion chez Quadpack. Et devant l’engouement pour les ingrédients naturels présents tels quels dans la formule (pétales de fleur ou feuilles d’olivier par exemple), Quadpack a imaginé Natural Ingredient, une pompe qui laisse passer la base et retient le végétal à l’intérieur du flacon. De façon générale, la naturalité et le respect de l’environnement sont des axes majeurs de recherche pour les prochaines années. Concilier la réduction des matériaux avec les contraintes des nouvelles formules comme les huiles et les capsules, c’est le challenge quotidien des fabricants. D’autant que ceux-ci sont aussi à l’affût des nouvelles technologies, tels que les packagings connectés. Bienvenue dans la beauté 4.0?!

Editor's picks

Beautigloo lance le coffret beauté réfrigéré

Beautigloo lance le coffret beauté réfrigéré

Compacte, design, silencieuse et affichant une température de croisière de 10° C, Beautigloo lance une beauty box "on the rocks" Pour toutes celles qui ont l’habitude de placer leurs cosmétiques au réfrigérateur – elles seraient 22 millions en[…]

12/05/2019 | SoinsMaquillage
Autajon propose « l’hyper-personnalisation » des étiquettes

Autajon propose « l’hyper-personnalisation » des étiquettes

Luxe Pack Monaco 2019 innovations : plastique

Luxe Pack Monaco 2019 innovations : plastique

Cavallini & Tabu : des étiquettes en bois « made in Italy »

Cavallini & Tabu : des étiquettes en bois « made in Italy »

More articles